lundi 7 avril 2014

Témoignage d'une cancereuse en rémission

Il m'arrive régulièrement de parler avec des personnes qui m'envient de pouvoir me faire refaire la poitrine. C'est vrai que j'ai eu de la chance d'avoir eu un cancer, une chimiothérapie, une radiothérapie. La chance de repousser notre désir de fonder une famille avec l'homme de ma vie pour quelques années encore. La chance d'être dépistée BRCA1 et de devoir surveiller mes ovaires et mes seins tous les ans pour vérifier qu'une ou plusieurs tumeurs ne se développent pas à nouveau dans mon corps.
 
D'accord, j'ai une nouvelle poitrine mais à quel prix. Il y a tout d'abord les coûts cachés car même si la sécurité sociale rembourse l'hospitalisation, il ne faut pas oublier le travail de la chirurgienne qui n'est pas intégralement pris en charge. Cela fait près de 2 ans que je me bats contre cette maladie, 2 ans que nous ne sommes pas partis en vacances ailleurs que dans notre famille, 2 ans d'opérations, de traitements, de kiné, de fatigue, de pleurs cachés, de docteurs en tout genre.
 
Nous avons voulu emprunter pour nous acheter un appartement. Nos revenus sont suffisants. La banque veut bien nous prêter à condition d'avoir une assurance (ce qui d'ailleurs n'est pas obligatoire selon la loi). Compte tenu de ce cancer, aucun assureur ne voulait de moi pour nous soutenir dans cet investissement. Pourquoi? Parce que je ne suis pas guérie mais plutôt en rémission.
 
La chirurgienne m'a retiré les seins. Il ne s'agit pas d'une chirurgie esthétique mais réparatrice. Il est question de sauver ma vie pas de me faire plaisir.
Rose Magazine
D'accord mes seins ne pendent plus. En revanche, ils sont diformes et je peux jouer des pectoraux comme un mec. Ca fait très féminin!
J'ai perdu la sensation du toucher sur mes seins et mes mamelons. Hier matin, le côté de mon sein gauche me grattait. J'avais beau gratté, je ne ressentais rien.
Je dois éviter de porter des charges trop lourdes et de faire des mouvements répétitifs au risque d'avoir les pectoraux - qui me servent maintenant de poitrine - en feu à la fin de la journée. Les ganglions qui m'ont été retirée sous le bras pour vérifier la-non propagation de mon cancer ralentissent la circulation lymphatique et mes doigts gonflent dés que je sollicite un peu mon bras droit. Dites-moi où est la chance dans tout ça?
 
Six semaines après mon lipomelage, les traces de mes hématomes sur le ventre sont encore visibles. Je ressens des tiraillements dés que j'essaie de m'étirer un peu.
 
D'ordinaire, je n'ai pas l'habitude de me plaindre. Je suis plutôt du genre à me cacher derrière une carapace. A

lors s'il vous plait, arrêter de m'envier!